Projet éLV

L’idée de la création des archives numérisées de Twardowski en coopération franco-polonaise remonte au printemps 2004. Wioletta Miskiewicz, chercheur au CNRS, diplomée de l’Institut de Philosophie de UW donne, à ce même Institut, en tant que professeur invité, un cours monographique consacré à la critique phénoménologique du cognitivisme. Simultanément elle fait des recherches sur l’influence de Bolzano dans le milieu de Twardowski. À la recherche de la notation utilisée par Twardowski dans ses premiers cours de logique , elle se tourne vers le Directeur de la Bibliothèque, Janusz Siek, qui lui montre alors un véritable trésor caché dans les armoires de sa bibliothèque depuis des années:  l’ensemble des manuscrits et la bibliothèque de travail privée de Twardowski a Lvov et dont l’héritier officiel fut son beau-fils, Kazimimierz Ajdukiewicz. Le petit fils de Twardowski – Andrzej Tomczyk a cédé les droits d’auteur pour ce fond a la PTF (Société Polonaise de Philosophie).   Il se trouve que la Bibliothèque est aussi dépositaire des manuscrits de Tadeusz et Janina Kotarbinski, Stanislaw et Maria Ossowski et aussi Mieczyslaw Wallis. Les manuscrits de Twardowski sont dans un bon état, classés et protégés et accompagnés  d’un bon index,  rédigé en l’an 2000 par Ewa Likus (dont ce fut mémoire de magister ).

L’idée se concrétise rapidement: après avoir obtenu le soutien de Jacques Dubucs, directeur de l’IHPST, une convention est signée le 22 juillet 2005 à Varsovie par l’Académie des Sciences Polonaise, l’Université de Varsovie, la Société Polonaise de Philosophie, l’Université Paris 1 et le CNRS au sujet de la “collaboration pour la numérisation et l’exploitation scientifique  du fond d’archives de l’École de Lvov-Varsovie”.  Selon les termes de ce contrat de collaboration de recherche,  l’IHPST  en tant que l’Unité mixte de recherche du CNRS ( UMR n° 8590) est reconnue comme le partenaire privilégié de l’Institut de Philosophie de l’Université de Varsovie pour l’étude de la tradition philosophique que représentent Twardowski et ses disciples. Wioletta Miskiewicz y est désignée comme responsable scientifique du programme.  La convention est formulée avec l’aide du service juridique du CNRS, traduit et révisée par le Bureau juridique de l’Université de Varsovie et finalement ratifiée par le Sénat de l’UW. Elle détermine dans le nouveau cadre européen les différents aspects de la future coopération (échange du matériel et des collaborateurs, responsabilité juridique, droit d’auteur, instances scientifiques et de contrôle).

La numérisation du fond Twardowski a commencé en septembre 2005. IHPST a acquit un scanner qui a été mis à la disposition des collègues polonais, la Bibliothèque a mis à la disposition du projet deux bibliothécaires. Supervisés par Michal Sepiolo les travaux ont avancé au rythme de 200 à 300 pages par semaine, les fichiers étant sauvegarder sur les DVD et les R-discs. Après une formation spéciale, le pourcentage des scans défectueux est descendu de 5% à 1,2%. L’archivage des documents a aussi était amélioré: les “jpg” initiaux ont été remplacé par les “pdf” plus faciles à manipuler. Les fichiers pdf ainsi obtenus ont été régulièrement  téléchargés  sur le serveur de l’Université Paris 1.

18 décembre 2005 a eu lieu à Paris la réunion constituant officiellement les instances de Archives elv-akt: Conseil Scientifique,  Comité du Pilotage et aussi le Conseil des Archives elv-akt, un groupe de personnes et d’institutions qui soutient le projet. Parmi eux, nous comptons S. Feferman (Stanford), P. Mancosu  (Berkeley),  P. Simons (Leeds), mais aussi l’Ambassade de Pologne à Paris (depuis ses origines, notre entreprise a joui du soutien de SE Jan Tombinski, ancien Ambassadeur de Pologne en France).

La réunion suivante s’est déroulée à Varsovie, en décembre 2006, à l’occasion du colloque franco-polonais Kazimierz Twardowski et ses disciples/ Kazimierz Twardowski i jego uczniowie. Le webmestre avec qui nous travaillions à l’époque, Alban Blanchard, a présenté la maquette de la page d’accueil du site et Michal Sepiolo a décrit l’avancement des travaux de la numérisation. Un représentant de l’Ambassade Française à Varsovie chargé des coopérations scientifiques, Jean-Jack Cegarra a participé à cette réunion.

Depuis le début de l’année 2007 une page provisoire du site elv-akt. net est mise en ligne. Plus de 20 000 pages de Twardowski y sont consultables, des nombreux comptes de lecteurs ont été ouvert, le site a enregistré de nombreux d’entrées.

Les travaux à Paris se concentraient sur le développement fonctionnel du site (le webmestre chargé de ce développement a été Alexandre Roulois CNRS/IE). Le rôle des Archives elv-akt en tant qu’une plate-forme de recherche  sera de mettre en rapport les gens, les compétences, les concepts, les textes et les événements concernant les études et les éditions dans le domaine de la philosophie analytique polonaise tout en privilégiant tout particulièrement notre propre fond d’archives. Parallèlement, à Varsovie, M. Sepiolo travaille sur l’amélioration et les traductions du catalogue (selon les normes de Dublincore). La numérisation continue.

Depuis le commencement du projet, de nombreuses missions et séjours de travail ont été effectués. Nous avons aussi entamé la recherches de fonds nouveaux. En mois de mai, les rapports avec le milieu scientifique polonais à Vilnus ont étaient noués. Un élève de Twardowski – Tadeusz Czezowski a enseigné entre deux guerres à l’Université Stefan Batory de Wilno (Lituanie était polonaise jusqu’à la l’invasion soviétique en 1939).

Le suivant assemblé général des Archives elv-akt a eu lieu à Paris en octobre 2008.

(WIP)