l’École de Lvov et de Varsovie

À la fin du XIX siècle, un jeune et prometteur philosophe autrichien d’origine polonaise, Kasimir Twardowski (1866-1938), est devenu professeur de l’université dans la capitale de Galizien, une province autonome de l’empire des Habsbourg. Très rapidement, cet élève viennois de Brentano dont mémoire d’habilitation est dès son publication largement cité dans les discussions philosophiques de l’époque mais qui, de fait de ses origines polonaises, ne pouvait espérer devenir professeur à Alma mater Rudolfina, fait réveiller dans la ville de Lvov (Lemberg – aujourd’hui Lviv) un étonnant intérêt pour la philosophie et tout particulièrement pour les questions liées à la connaissance scientifique et à la psychologie. Twardowski réunit à ses cours jusqu’à deux milles personnes et l’université est alors obligée de louer la grande salle du Conservatoire de musique. Dans la période entre les deux guerres, après la renaissance de l’État polonais en 1918[1], l’effervescence intellectuelles qui s’est alors emparée de la ville a porté ses fruits et Lvov compte parmi ses fleurons scientifiques les plus reconnus une école mathématique de l’analyse fonctionnelle, une école de microbiologie (Rudolf Weigl), une école de cartographie (Eugeniusz Romer) et d’antropologie (cf. indice binaire de Czekanowski connu aussi sous le nom d’indice Sorensen-Dice). C’est à Lvov qu’est formé aussi celui qui en 1920, à Cracovie, détiendra la première chaire de la philosophie de médecine au monde (Wladyslaw Szumowski, l’auteur en 1939 de la Logique pour les médecins) et c’est à Lvov que trouve ses racines philosophiques l’école de la logique mathématique de Varsovie. Mais alors que par la suite, même après les bouleversements lié avec la seconde guerre mondiale, les idées des logiciens de Varsovie et des mathématiciens issus de Lvov[2] continuent de circuler dans les échanges disciplinaires à travers le monde, l’histoire de la réception des accomplissements philosophique de Kasimir Twardowski devient bien plus sinueuse.
On peut dater la naissance de l’École philosophique de Lvov-Varsovie comme domaine des recherches internationales à l’an 1989, l’année de la parution de la traduction anglaise de la monographie de Jan Wolenski : Filozoficzna szkola lwowsko-warszawska. Publié partiellement chez Kluwer sous le titre Logic and Philosophy in the Lvov-Warsaw School (1989) et chez Vrin en 2011, cet ouvrage est rapidement devenu une référence pour les recherches qui veulent situer, dans le contexte d’origine, les travaux sur les philosophes et logiciens polonais, présents depuis les années vingt dans le circuit académique des idées, pour ne citer que Ajdukiewicz, Kotarbinski, Lesniewski, Lukasiewicz, Tarski ou Tatarkiewicz.


[1] La république fédératif et nobiliaire est dissoute en 1795 lors de la Troisième partition de la Pologne. Ses territoires qui couvraient les territoires des actuelles Pologne et Lituanie, le territoire de la Biélorussie, une grande partie de l’Ukraine, de la Lettonie et l’extrémité l’ouest de la Russie (Smolensk) sont alors pour plusieurs générations annexés par l’Empire de Russie, le Royaume de Prusse et l’Empire d’Autriche.
[2] Stefan Banach, Hugo Steinhaus, Stanisław Mazur, Władysław Orlicz, Juliusz Paweł Schauder, Stanisław Ulam, Marek Kac, Herman Auerbach, Antoni Łomnicki, Stanisław Ruziewicz, Włodzimierz Stożek, Stefan Kaczmarz, Stanisław Saks.